26 juillet 2015

Lectures

Depuis quelques mois, je lis plus, je note des citations, je grave leur passage dans ces heures volées au quotidien. J'accuse un sérieux retard alors je commencerai par le dernier lu, la garçonnière d'Hélène Grémillon chez Folio. Je l'ai pris par hasard dans une librairie et ce fut une belle lecture, un script qui tient la route, une fluidité dans l'écriture où j'ai vu briller quelques belles phrases. Une fin un peu échevelée mais plaisante et non convenue. Surtout une belle finesse dans la captation de la dictature argentine. Et... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2015

écrire

Posté par caro_carito à 10:49 - Commentaires [8] - Permalien [#]
08 juillet 2015

Le Nord

Posté par caro_carito à 09:32 - Commentaires [7] - Permalien [#]
01 juillet 2015

être ou ne pas être

Je viens d'éteindre la radio. Le oui, le non de la Grèce, la panique annoncée, échos d'autres crises, terreurs, angoisses, d'une panique annoncée. Viendra-t-elle ? J'ai grandi avec l'Europe, l'avant et l'après le mur, sa chute. Une des dernières belles Idées peut-être. La voir décliner en termes économiques où l'humain s'efface, non, vraiment non, j'ai du mal. Me lever et juste dire non, alors. Mais comment. Au regard des dernières décennies, c'est un combat qui, à part l'honneur, semble si vain et si destructeur pour soi, pour... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 00:16 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
12 avril 2015

Duo printanier

Chez Gballand vous trouverez mon texte du mois : http://presquevoix.canalblog.com/archives/2015/04/12/31874070.html
Posté par caro_carito à 11:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 mars 2015

Insurrection poétique

Semaine de l'insurrection poétique Printemps des poètes Parce que "La poésie comme tout art, nous propose à travers l'oeuvre, un rapport au monde différent" La vitamine P - Jean-Pierre Siméon - rue du monde   danse sur le cobalt   tu es le tremblement du sol lorsque la racine perce la toile la rainure entre ce que le monde tait et c qu'il laisse éclore la lettre que la feuille fissurée inscrit lors de son troubillon sur le parchemin blanc et gris du réveil   extrait de Bleu bémol - Paul Savoie -... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 19:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 février 2015

Vacance

J’aimerais un printemps. Un ciel bleu, un soupçon de tiédeur. Sentir la terre s’éveiller sous mes doigts et imaginer d’autres fleurs que celles qui s’épanouissent à ma fenêtre. Le réveil ne serait plus obscur quand je soulève le velux et ouvre en grand l’espace froid. Si quelque chose pouvait percer l’écran opaque qui recouvre les champs. Si quelque chose pouvait secouer les minutes. Pourtant rien ne bouge hormis quelques notes que la radio chantonne. Toutes les lampes sont allumées, sale tour joué à l’hiver ; le café garde cette... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 13:29 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
24 décembre 2014

fin d'année

  On court, on se précipite. On sourit puisque les jours sont à peine un peu plus long, mais quand même. Et parfois, il suffit de penser au temps d'avant.  Une pensée pour vous en espérant que la fin de l'année vous sera douce. Caro
Posté par caro_carito à 19:15 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
19 septembre 2014

Clap de fin

Sans tapage aucun, est venu le temps d'un nouveau départ, d'un départ tout court. Je pourrais faire durer quelques temps cet échange mais... Une nouvelle vie arrive, une nouvelle page blanche s'est posée devant moi et déjà l'envie de tracer une phrase, une autre est là. Ce demain inconnu est déjà là et il prend toute la place.  Et puis l'envie d'écrire plus long, de manière plus solitaire sans doute. Je passerai mettre un mot, si le temps, ce principe si volatil, le permet. A tantôt.  
Posté par caro_carito à 19:31 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
17 septembre 2014

Un duo de rentrée

Saviez-vous que les hommes qui bavent ne mordent pas ? En tout cas, cette maxime méconnue va rythmer un duo endiablé entre les blogs presquevoix et celui des heures de coton. Il vous suffit d'un clic pour pouvoir lire mon texte intitulé No pasarán Il vous suffit de lire un peu plus loin pour faire connaissance avec Romuald, une rencontre orchestrée par Gballand. Romuald - Gballand  L’expérience lui avait prouvé qu’« un homme qui bave ne mord pas » et Romuald était de cette espèce, c’est tout au moins ce qu’elle... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]