05 octobre 2015

Sur quelques phrases à venir à propos d'une très belle lecture

                                   "J’ai erré dans le gris de Paris, en somnambule éblouie par les lumières des boutiques comme un oiseau par des phares, la nuit." La silencieuse – Ariane Schréber – Philippe Rey / fugues   
Posté par caro_carito à 22:16 - Commentaires [4] - Permalien [#]

24 août 2015

Tempête ? lecture...

Les complémentaires – Jens Christian Grøndhal – Folio Refermer un livre et soupeser son poids, les heures que j’ai passées avec lui, la force de certaines phrases, sa capacité à m’avoir enlever de l’endroit où je me trouvais plage, livre, salle d’attente, train, pour me faire découvrir des vies parallèles. Le style peut m’enthousiasmer, je suis toujours sensible à la mélodie des mots, la force d’une entame de paragraphe. Un caractère peut me séduire. Le thème même du roman peut m’interpeller, son scénario. Ils sont rares... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 17:51 - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 août 2015

Sur haut de ma PAL

J'ai toujours apprécié les romans épistoliers. J'ai pris par hasard ce livre à la libraire des volcans à Clermont et l'ai lu au printemps. Prise de choix comme toutes celles qui m'ont séduite dans cet antre du bon lire. On trouve dans cette recherche du passé un petit côté désuet. Les lettres laissent échapper le fil d'un hasard que nous suivons avec curiosité. Un style plein de finesse qui épouse l'évolution des relations, une intrigue qui ne se laisse pas voir, des personnages attachants pour certains, nous prenant à... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 00:06 - Commentaires [5] - Permalien [#]
26 juillet 2015

Lectures

Depuis quelques mois, je lis plus, je note des citations, je grave leur passage dans ces heures volées au quotidien. J'accuse un sérieux retard alors je commencerai par le dernier lu, la garçonnière d'Hélène Grémillon chez Folio. Je l'ai pris par hasard dans une librairie et ce fut une belle lecture, un script qui tient la route, une fluidité dans l'écriture où j'ai vu briller quelques belles phrases. Une fin un peu échevelée mais plaisante et non convenue. Surtout une belle finesse dans la captation de la dictature argentine. Et... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2015

écrire

Posté par caro_carito à 10:49 - Commentaires [8] - Permalien [#]
08 juillet 2015

Le Nord

Posté par caro_carito à 09:32 - Commentaires [7] - Permalien [#]

01 juillet 2015

être ou ne pas être

Je viens d'éteindre la radio. Le oui, le non de la Grèce, la panique annoncée, échos d'autres crises, terreurs, angoisses, d'une panique annoncée. Viendra-t-elle ? J'ai grandi avec l'Europe, l'avant et l'après le mur, sa chute. Une des dernières belles Idées peut-être. La voir décliner en termes économiques où l'humain s'efface, non, vraiment non, j'ai du mal. Me lever et juste dire non, alors. Mais comment. Au regard des dernières décennies, c'est un combat qui, à part l'honneur, semble si vain et si destructeur pour soi, pour... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 00:16 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
12 avril 2015

Duo printanier

Chez Gballand vous trouverez mon texte du mois : http://presquevoix.canalblog.com/archives/2015/04/12/31874070.html
Posté par caro_carito à 11:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 mars 2015

Insurrection poétique

Semaine de l'insurrection poétique Printemps des poètes Parce que "La poésie comme tout art, nous propose à travers l'oeuvre, un rapport au monde différent" La vitamine P - Jean-Pierre Siméon - rue du monde   danse sur le cobalt   tu es le tremblement du sol lorsque la racine perce la toile la rainure entre ce que le monde tait et c qu'il laisse éclore la lettre que la feuille fissurée inscrit lors de son troubillon sur le parchemin blanc et gris du réveil   extrait de Bleu bémol - Paul Savoie -... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 19:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 février 2015

Vacance

J’aimerais un printemps. Un ciel bleu, un soupçon de tiédeur. Sentir la terre s’éveiller sous mes doigts et imaginer d’autres fleurs que celles qui s’épanouissent à ma fenêtre. Le réveil ne serait plus obscur quand je soulève le velux et ouvre en grand l’espace froid. Si quelque chose pouvait percer l’écran opaque qui recouvre les champs. Si quelque chose pouvait secouer les minutes. Pourtant rien ne bouge hormis quelques notes que la radio chantonne. Toutes les lampes sont allumées, sale tour joué à l’hiver ; le café garde cette... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 13:29 - - Commentaires [9] - Permalien [#]