09 juin 2009

Pour un concours...

Cette lettre qui ne fut pas retenue. L'âme voyageuse Les jours ont glissé sur moi. Je n’ai pas écrit. L’envie d’abord, puis trop vite le découragement. Comment te dire autre chose que les lignes formelles d’un CV? Tout ce silence depuis ton départ. Je revois ta silhouette, encombrée de sacs, de poches et de ton Leica, juste avant que le tube de verre ne l’avale. Au dernier instant, j’ai cru voir se dessiner sur tes lèvres un pourquoi. J’ai attendu le bus pour Paris. Traversé sans encombre la Banlieue Nord, cette... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 18:29 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

08 juin 2009

Fin de l'atelier Rabelais

1er exercice Le permis a été délivré il y a six mois. L’homme se cale contre le mur et allume une cigarette. Son compagnon est resté dans la camionnette. Ce dernier se penche, disparaît, se relève. Il attrape un calepin. Il note fébrilement quelques lignes, le téléphone coincé entre oreille et épaule. Une porte claque. Des enfants courent, le cartable vissé sur leurs épaules. Un cri bref  fuse. Le garçon s’arrête, renoue son écharpe. Il reprend sa course. Un ronronnement signale l’ouverture d’un portail automatique. Un bruit... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 18:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 juin 2009

Voyage sur la Frange / Carnet 57- dGH

15 VI 2742 Les minuscules points blancs qui semblent s’écraser sur la vitre avant me font penser à de la neige. Le ciel a la densité d’une encre de chine. Enfin, c’est ce qu’avançait au début du millénaire Tokhen Shi. Je n’ai jamais rien vu d’approchant et les rares vestiges des œuvres au pinceau du Maître sont enfermés dans un bunker à plusieurs mètres sous la croûte terrestre. Bientôt, le vaisseau retrouvera une vitesse moins inhumaine. J’échapperai pour deux rotations à la surveillance ténue des awacs de l’espace et je... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 19:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 juin 2009

Hymen

Pour les Impromptus avec incipit obligatoire: Il s’est dépêché de disparaître avant que l’erreur ait un visage http://www.impromptuslitteraires.fr/dotclear/index.php Il s’est dépêché de disparaître avant que l’erreur ait un visage. Les propos de Rose-Aimée la sage femme lui suffisaient. « C’est une fille. » La tension des derniers mois venait de disparaître sous le coup abrupt d’une phrase. Il rejoignit la porte de service qui conduisait à l’allée de frangipaniers. Et sortit de son étui en... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 21:22 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
04 juin 2009

Atelier Rabelais

Noirlac, ancienne Abbaye mais toujours lieu de méditation. Qu'en pensez-vous? LA SUPREME SAGESSE EST D'AVOIR DES REVES SUFFISAMMENT GRANDS POUR NE PAS LES PERDRE DE VUE PENDANT QU'ON LES POURSUIT
Posté par caro_carito à 13:18 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
04 juin 2009

Atelier Rabelais

Ce samedi, l'abbaye reconvertie en lieu de spectacle fut le témoin de chassés croisés étonnants.
Posté par caro_carito à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 juin 2009

Atelier Rabelais

Il y a des nefs de pierres et des arcs boutants qui passent les âges. A Noirlac, il y a aussi cette célèbre allée de tilleuls:
Posté par caro_carito à 21:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 juin 2009

Atelier Rabelais

Samedi et dimanche passés, à Noirlac, avaient lieu les Futurs de l'Ecrit. On pouvait croiser ça et là... d'étranges silhouettes. Un bûcher de sorcières? Une cathédrale en bambou
Posté par caro_carito à 20:54 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
01 juin 2009

lecture - Bis repetita

Comme demandé, voici la lectorale de Bis repetita: bis repetita.mp3 -
Posté par caro_carito à 19:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 mai 2009

Les couleurs de mai - 4

Un plumetis de Montmorency sous la fenêtre. Promesse d’un sirop mordoré. De bocaux vides que l’on remplira à grandes louchées. J’aimerais d’un geste suspendre le sablier. Laisser s’épanouir ce mois jusqu’au moindre pétale. Si le plafond pouvait se dissoudre et laisser apparaître l’indigo. Me lover dans ce repli paisible, dans cette nuit qui ne finirait pas. Je suis née en mai, je le rêverais  sans fin etles terres où pointent les mais garderaient cette gueule de mala noche* à peine rasée. Repousser l’instant où les trilles... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 19:17 - - Commentaires [16] - Permalien [#]