11 janvier 2013

Fétiche

          Je l’attendais depuis longtemps. Dans une ou deux semaines, je pourrais dire, je t’attendais depuis longtemps. L’album fétiche, celui que je vais écouter répétitivement, avec un soin maniaque le long de cet hiver. Et sans doute, un peu plus longtemps. Bien sûr, il y avait ce CD que j’avais évoqué il y a peu, un album qui passe de mains en mains amies et qui ravit chacun de ses auditeurs. Un témoin d’une beauté qui ne s’altère pas, qui transite entre nous. Partager Bach, comme l’on fredonne à... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 23:48 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

05 janvier 2013

Strass et paillettes

Il faisait plus froid début décembre. Je me souviens avoir pris mes gants et m’être réfugiée boire un thé, quelque part n’importe où. Avant je m’étais laissé porter par cette liesse de touristes de badauds anticipant les jours de fête. Noël semblait loin, même si les chalets s’agglutinaient le long de l’avenue des Champs Élysées. Une zone pavillonnaire miniature, façon montagne et en kit qui s’inviterait le temps des fêtes. Bretzel, vin chaud, tartiflette et même un spectacle brésilien rehaussé de strass et à l’évidence de corps à... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 20:34 - Commentaires [20] - Permalien [#]
30 décembre 2012

Avant les soldes

Lu ce dimanche, ce poème de Marie-Claire Bancquart   Fin décembre, la peur d’exister diminue   on rêve sur les arbres on se souvient des fêtes millénaires qui les aidaient à reverdir de l’intérieur doucement s’inverse la sève dans les plantes   s’inverse le mouvement du jour, qui se met à croître.   C’est Noël. Transparence du Dies Natalis des Anciens maintenant oubliée par la rue qui célèbre des cadeaux imprimés de la mention « Offre incroyable »   mais Noël, envoyé du renouveau,... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 19:55 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
23 décembre 2012

journal d'avant la fin du monde

Le sommeil attendra… Mercredi 6 h. Ce sera bientôt la fin du monde, en tout cas dans moins de trois jours. Dehors une nuit d’encre et notre chien qui aboie. Dans l’absurdité et la frénésie ambiante, le plus absurde semble être que le monde s’achève sans que je puisse dormir et me reposer, que je ne trouve pas, ni demain, ni après-demain un matin qui s’étire, ni ces heures languissantes que l’on prolonge par quelques pages d’un livre ou par un songe éveillé. Fin du monde peut-être. En attendant, je secoue ce corps rétif. Se... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 10:43 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
16 décembre 2012

le jeu de l'amoureuse

            Pauline sent que quelqu’un tire sur sa manche, une fois, une autre fois, une fois encore. La petite coupable se tient maintenant devant elle. « À quoi tu rêves ? » Pauline sourit. Elle connaît l’enfant. Brune comme un pruneau. Des cheveux longs et bouclés. Des vêtements gris perle. Et une écharpe mauve qui s’entortille autour de son cou dès que la cloche sonne. Pauline la fixe, mais l’enfant tourne sur elle-même et s’éloigne. Elle quitte la salle à pas comptés, se... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 18:15 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
12 décembre 2012

extrait

 «   Oui, me dis-je en pensant à l’échelle chromatique, restant assis quelques minutes encore sur la bien nommée chaise Beethoven : les tonalités ont décidément des couleurs. Juxtaposées, assemblées, elles peuvent représenter des peintures – mais quelle expression le peintre désire-t-il restituer ? L’ut majeur est blanc comme la neige, comme le Concerto pour piano n°1 de Beethoven, comme la peau de Cathrine au printemps. Le ré bémol majeur est jaune comme l’herbe grillée par le gel après l’hiver, comme... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 07:17 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

12 décembre 2012

Après la société des jeunes pianistes...

L’appel de la rivière – Ketil Bjørnstad Retrouver Alex. Retrouver sa solitude, cette lenteur qui s’attache à sa vie. Le décor n’a pas changé depuis la dernière page de la société des jeunes pianistes, une même lumière, une même incertitude qui semblent coller à la ville et au héros. Et toujours le thème principal qui unit ou désunit chaque personnage, la musique, la passion que l’on peut éprouver pour elle, ou que l’on a pu éprouver pour elle, que l’on a côtoyée à travers un proche. Le questionnement du choix devant un avenir... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 06:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
11 décembre 2012

Duo de décembre

Décembre une nouvelle rencontre, entre gballand et moi, un nouveau duo entre nos deux blogs autour de John Cage et de ses oeuvres comme dream, le tout orchestré sur un mode définitif. Gballand a composé Dream que vous trouverez juste après. J'ai écrit Dix-sept chaises, quatre-vingt-neuf minutes, un silence que vous trouverez en un clic là. Dream* - Gballand   Dès qu’il la rencontra, il voulut  conjuguer avec elle le mode définitif. Impétueux, il aurait voulu brûler les étapes. Raisonnable, elle souhaitait les... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 06:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
06 décembre 2012

Avant l'hiver

Elle vient de poser un bouquet sur le rebord de la fenêtre. Elle a choisi des fleurs d’un rose vif qu’elle a piquées d’éclat de jaune et de trois branches d’eucalyptus. Une mince couche de buée recouvre la vitre et, derrière, le jardinet que l’on devine, tout comme la rue, passante à cette heure. Elle tire à elle le plaid en fausse fourrure et se cale contre les coussins. Elle a posé sur la table basse sa tisane. Des renoncules rose vif, très exactement magenta. En quelques minutes, les habitants de la maison avaient claqué la porte... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 19:53 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
25 novembre 2012

Avant l’aube

La tasse fume, tache claire sur le bois sombre de mon bureau. La maison se réchauffe peu à peu, il n’est pas six heures. Je regarde à la fenêtre du salon, le chat n’est pas là, il dort réfugié en ses greniers ou, peut-être, traverse-t-il le pré. Il sera bientôt temps pour lui de rentrer. Réveiller les enfants. Secouer la nuit, partir, la journée est là. Le portail s’ouvre lentement. J’ai mis la musique en sourdine. Les deux ados papotent à l’arrière, un garçon, une fille. Oui c’est bien Daho, son premier tube et là, je peux deviner... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 15:33 - - Commentaires [23] - Permalien [#]