10 octobre 2012

Première

Elle reposa le rouge à lèvres, capucine, effaça un peu de blush sur la joue droite. A son poignet, deux gourmettes avec leurs prénoms gravés, des chaînes offertes alors qu’ils étaient enfants et qu’ils ne se connaissaient pas encore. Sans doute à l’occasion d’une communion ou de dix ans fêtés comme il se doit en famille, un après midi d’été. Elle arrangea ses cheveux courts. Elle ne portait pas de bijoux, seulement une broche, une délicate tête de mort, les yeux sertis de deux minuscules brillants. Il la lui avait offerte le jour où... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 21:55 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

29 septembre 2012

des airs de Chabuca Granda

Elle est une des grandes voix du Pérou. Le Cecupe, Centre Culturel du pérou avait organisé jeudi dernier un concert de musique afro péruvienne : Tonadas afro-hispanas del Perú   Les musiciens : Diana Baroni, Sébastien Quezada et Alfonso Pacin. Une soirée toute en délicatesse, voix chaude et expressive, joie du cajon et accords chantants de guitare. En cliquant sur leurs noms, vous aurez un aperçu de leurs talents respectifs. Je vous laisse en compagnie de deux vidéos, Maria Lando par Susana Baca, chanson qui a clos le... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 16:47 - Commentaires [18] - Permalien [#]
22 septembre 2012

un été sur la plage

Je ne regarde jamais mes statistiques, mais j'en créerai bien une sorte, celle qui me permettrait de voir le pic de livres lus qui apparaît en été. Ils sont tous là en pile sur mon bureau. Comme d'habitude, je n'ai pas réussi à tout finir, les derniers traînent dans mon sac ou au pied de mon lit suivant les moments de la journée. Alors parce qu'avec eux, tout s'efface et se recrée, je ponctue mes allers, mes retours, courses et activités de ces rares minutes où la porte de l'imaginaire s'entrouve. "Ce qui coûtait cher chez nous, en... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 08:13 - Commentaires [14] - Permalien [#]
20 septembre 2012

Rentrée en duo

Rreprenons les bonnes habitudes. Un petit autour d'une même consigne. Cette chanson de Barcella, interprété par l'auteur ou par Luce, version choisie par Gballand. Chez elle, sur le blog presquevoix, vous pourrez lire la mort du bonhomme têtard que j'ai écrit autour de la même consigne.  La chanson - Gballand Elle ne se lassait pas de la chanson. Elle l’écoutait en errant dans cette maison qu’elle ne reconnaissait plus. Quand elle se cognait contre les meubles, elle lui disait toujours la même chose. - Il y a trop de bazar... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 06:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
15 septembre 2012

Hier encore

Faillir… un instant. Un poème alors que le silence s’est emparé des murs de vacances, vieux rose et bleu ligné. La Bretagne s’étale en photographies immobiles. Un ciel cotonneux promet le soleil comme toujours quand la Manche n’est pas loin. En attendant allumer la lampe. Un poème qui s’étire et faire sourire le matin puisqu’ils sont partis ou parfois dorment encore. Le café tiède, les mots que l’on retrouve, une musique suave comme un automne et les bruits de la rue puisque c’est un lundi de fin de villégiature. Il y a bien enfant... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 14:41 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
08 septembre 2012

C’est encore l’été

Le soleil brûle le gravier blanc. J’ai le temps de lire ce livre tant désiré*, de tranquillement écouter le silence, signe que la semaine s'achève, que les maisons et leurs enceintes closes se sont refermées sur leurs habitants. C’est la rentrée, pourtant c’est encore l’été. Je le devine au temps qui file alors que le soir tombe ; je n’ai pas tenu l’horaire. Je me suis perdue entre un verre d’eau fraîche et des mots apaisés. Soudain, les garçons et le tourbillon joyeux qui les accompagne m'emporte. Il est tard, nous ne... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 22:53 - Commentaires [18] - Permalien [#]

15 août 2012

Géométries

Une poignée de paille jetée au vent. Les dernières moissonneuses-batteuses traînent encore, dernières remorques qui cheminent vers la coop. La voiture file, saluée par une haie de tournesols. Rouler encore alors que le vent caresse la plaine. Il souffle encore, bourrasques chaudes qui balaient les murs blancs. Le ciel se charge de nuages et de soirs brûlants. La plaine est dépouillée. Seules quelques tours sentinelles veillent. Rectangles de paille au détour d’une colline. Un pivot immense dessine un rond de maïs et d'eau qui... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 00:23 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
07 août 2012

Le violon noir – Maxence Fermine - chez points

Toujours dans le cadre du challenge des mots et des notes organisé par Anne... J’ai trouvé ce titre en cherchant un cadeau d’anniversaire. Si mince que je me suis décidée à l’acheter. J’y ai retrouvé le même ton poétique que dans Neige, les mêmes phrases qui font mouche, qualité poétique de certains livres, rares. Seule l’histoire m’a laissée sur ma faim, comme une certaine facilité de plume dans certains passages. Le personnage central avait une vie si inexistante que sa quête semblait presque disproportionnée. L’évocation de la... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 09:39 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
02 août 2012

Elle

Je sors un billet roulé en boule de mon porte-monnaie que je tends à un Olivier ou un Jean-Baptiste, j’ai entendu son prénom un jour et j’ai oublié. Je prends les quelques pièces, Télérama… et Elle. C’est vraiment l’été. Les vacances se sont lentement installées. Il n’y a plus qu’un reste de course contre la montre, ces horaires qui vous poursuivent et dans lesquels parfois je m’égare. Reporter à demain ce qui n’est pas urgent. Oublier de dresser une liste ou oublier la liste. J’ai posé le magazine pour femmes, ce truc dont... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 19:15 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
29 juillet 2012

En ce moment,

je lis avec plaisir la vie devant soi de Romain Gary. Alors pour ce dimanche d'été, deux extraits :   - C'est là que je viens me cacher quand j'ai peur. - Peur de quoi, Madame Rosa ? - C'est pas nécessaire d'avoir des raisons pour avoir peur, Momo. Ça, j'ai jamais oublié, parce que c'est la chose la plus vraie que j'aie jamais entendue. et celle-ci qui s'avère terrifiante, non ? Il ne faut pas pleurer, mon petit, c'est naturel que les vieux meurent. Tu as toute la vie devant toi.  
Posté par caro_carito à 12:17 - - Commentaires [25] - Permalien [#]