21 mai 2017

Eternelles

Posté par caro_carito à 00:13 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

10 mai 2017

lectures...

" La voix humaine, tellement humaine, du vent à Ouessant, certains soirs. Portes et volets fermés, elle me poursuit jusqu’au bord du sommeil." extrait de "De vives voix" de Gaëlle Josse - Le temps qu'il fait  
Posté par caro_carito à 07:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 mai 2017

Des nouvelles de l'entre-deux-tours

Il y est des dimanches heureux. Merci Anna de Sandre pour dixit : "Et si, au lieu de s'étriper, on écrivait plutôt une nouvelle?Nouveau jeu FB pour qui n'en veut : Écrire une nouvelle ou micronouvelle (minimum 3.000 signes espaces comprises) sur le thème de l'entre-deux-tours." Tout est là : https://nouvellesdelentredeuxtours.wordpress.com/     La baraka Il est 18 h. Ils sont tous là, la Marine, le François, Jean-Luc, Nath et les autres. Avec... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 18:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
07 mai 2017

Bon dimanche

Posté par caro_carito à 09:33 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
28 avril 2017

Duo d'avril

photo de Starkey Hannah ( March 1997 ) - http://www.centreculturelirlandais.com/agenda/hannah-starkey Le duo de printemps avec Gballand s'inspire de cette photographie.  Vous pouvez lire mon texte Panne de courants en suivant ce lien : http://presquevoix.canalblog.com/archives/2017/04/28/35221211.html#comments  Celui de Gballand Eve et Juliette est en ligne : http://presquevoix.canalblog.com/archives/2017/04/30/35221311.html#comments Bonne lecture !
Posté par caro_carito à 21:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 avril 2017

La mémoire est une donnée incertaine

On croit se souvenir de tout, au moins des choses importantes. J’aimerais le croire, que l’essentiel, les grandes lignes, les rendez-vous à marquer d’une pierre blanche se trouvent invisibles à mes pieds. Un coup de baguette, comme dans cet autre conte,... et je pourrais puiser un souvenir. Ce n’est pas vrai. J’écoutais une interview l’année passée et je me suis, à l’instar de l’artiste invité, souvenu de cette chanson. J’étais au lycée, j’étais fan de Prince et j’écoutais en boucle cette mélodie. Et puis j’ai oublié, j’ai quitté ma... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 09:54 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

16 avril 2017

Pâques

Une douceur d’été s’est attardée sur le Pain Perdu. Prémisses de vacances. Ados ou invités s’attardent, rient, passent une nuit ou deux, partent, reviennent. Je lis dans la chaleur du jour que l’hiver a fait ses valises et qu’une timide légèreté s’installe. Je sens balbutier cet apaisement niché dans le renversement de saisons : là où l’esprit repousse l’hiver et ses ombres et où il s’attarde sur les saisons neuves et claires. Matins froids parfois, nuages, fractures indigo. Ce matin je lirai des poèmes et j’écouterai quelques... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 11:52 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
19 mars 2017

Printemps des poètes 2017 - sixième jour

Sur les portes de Babel, j’ai gravé ma faim. Le poèmeEst un enfant qui rêve ; c’est la grâce nourrie au lait.Il est ville en Babel, Babel en ville. J’entends siffler Les balles au-dessus de mes oreilles. L’éclair invente-t-il une rime qui s’escrime à vaincre la Beauté,À la convaincre de rester ? Mais où donc ? La terre est dévastée. Ville vouée aux fantômes, ville vouée à l’aplomb du temps ;Ville dévouée aux chiens, un sanglot pourfend mon âme.   Où est passé le soleil clair des fleurs, le rose des avenues ?Où ai-je enfoui... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 11:04 - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 mars 2017

le temps d'un duo

et nous quittons les rivages africains de la poésie. Duo de mars donc et gageure car la chanson inspiratrice est une ritournelle d'une gaieté folle. Pour retrouver nos deux rengaines, une seule adresse sur le web, chez Gballand :  - pour tout de suite, de ma plume, le beau Serge  - demain... celle de Gb, la décision  
Posté par caro_carito à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2017

Printemps des poètes 2017 - cinquième jour

Et lorsque je tombais sur un air connu, un soupçon d’excuse – ou de culpabilité – s’y faisait entendre :Il y a tant d’enfants qui nerient plus dans mon pays...Et voici que j’ose avoir le temps deHéler l’amour pour t’aimer ma Tzigane Amadou Lamine Sall http://amadoulaminesall.e-monsite.com/
Posté par caro_carito à 22:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]