17 janvier 2018

Portrait par Louise Warren

EFFACEMENT Je m'incline devant les êtres qui durant toute leur vie ont serré le silence sur eux-mêmes comme un livre lourd et important. Bleu de Delft - Louise Warren - typo essai
Posté par caro_carito à 07:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 janvier 2018

Lire en janvier

"Notre centre nautique, comme la mairie l’appelait pompeusement, était une piscine Tournesol, en forme d’igloo moderne avec des hublots. Sa structure permettait, quand le temps était beau, d’en ouvrir une partie au grand air. Le tout ressemblait à un vaisseau spatial, typique des années 1970. A l’intérieur surtout, l’impression d’architecture futuriste était saisissante, avec ses grandes arches métalliques coulissantes et sont centre tout rond, hypnotisant les nageurs qui faisaient la planche. Elle a été détruite depuis, comme la... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 22:51 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
31 décembre 2017

Ma playlist de fin d'année

Plutôt que de me joindre à tous les vœux véhiculés par le net, le courrier (un peu moins), les sms dès minuit et peut-être des mots accompagnés de bises claquantes et pétillantes, je vous livre mes engouements livresques de 2017, espérant que l’année nouvelle soit aussi douce côté lecture. La catégorie coup de cœur compte sept opus – un titre hors catégorie (essais), un recueil de prose poétique, trois romans et deux polars. D’autres couleurs d’Ohran Pamuk chez folio. Une compilation de textes passionnants, un livre épais que... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 23:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
26 novembre 2017

un dimanche

Il faisait beau, j’aurais voulu m’asseoir tranquille dans un café et feuilleter le journal mais ce quartier n’avait pas de vie. Pas de boulangerie, pas de terrasse, pas de véritable café. On aurait dit qu’il n’y avait pas de ciel et pas de vrai soleil non plus. J’espérais trouver une certaine beauté dans la neutralité, mais je ne m’y faisais pas. Guyana – Elise Turcotte – Léméac
Posté par caro_carito à 21:14 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
14 novembre 2017

poésie

"les grues s'élèvent dans un grand battement d'ailes. En un instant, elle auront repéré le nord. Puis elles vireront dans la direction opposée."   Extrait de "Les grues" - Raymond Carver - oeuvres complètes - Editions de l'Olivier
Posté par caro_carito à 21:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 octobre 2017

Avant l'eau froide des jours

Parfois il suffit d'un poème pour aller de l'avant. Là ces lignes virtuelles, ces photos, un rare coup de coeur pour ce recueil que j'aimerai tenir pour de vrai dans mes mains, le garder à portée de lecture, pouvoir m'attarder, annoter une ligne. http://www.cequireste.fr/y-a-soir-y-a-matin/
Posté par caro_carito à 21:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

05 juin 2017

Brève

Tandis que ma vie ne cesse d'emprunter des itinéraires saltimbanquesJe ne sais rien de moiExcepté cette fièvre qui bourdonne dans ma têteEt monte en moi comme une prièreCélébrant les saisons d'une pensée au regard fou Pierre Schroven
Posté par caro_carito à 10:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
10 mai 2017

lectures...

" La voix humaine, tellement humaine, du vent à Ouessant, certains soirs. Portes et volets fermés, elle me poursuit jusqu’au bord du sommeil." extrait de "De vives voix" de Gaëlle Josse - Le temps qu'il fait  
Posté par caro_carito à 07:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 novembre 2016

Un matin, un poème

Une image, en toi, un lieucherche appui. Tu plonges la main au fond de l'encrier.Comme les galets le long de ta viequelques phrases immobilesretiennent le filet du temps. Tu vas, sans lieusans appui Hélène Dorion, chapitre Sans personne extrait de "Sans bord, sans bout du monde" - éditions la Différence
Posté par caro_carito à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 octobre 2016

La maison bleue

En passant chez Patrick, ce cher PAC, puis en lisant ce matin...   La maison bleue - Tomas Tranströmer    Par une nuit de soleil éclatant. Je suis dans la forêt touffue et regarde ma maison aux murs couleur de brume. C’est comme si j’étais mort récemment et que je la regardais sous un angle nouveau. Elle est là depuis plus de quatre-vingts étés déjà. Son bois est imprégné de quatre couches de joie et trois couches de douleur. Quand celui qui l’a habitée meurt, on repeint la maison. le mort la peint lui-même,... [Lire la suite]
Posté par caro_carito à 23:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]