#3 fois la fin du monde#Sophie Divry#MRL18 #Rakuten

 

- Alors tu lis quoi en ce moment ?

rakunen-pola

Elle sourit ; d’habitude, elle traîne dans son sac un roman acheté il y a mille ans au moins et qui l’attendait, sans faire de bruit, sur les étagères qui décorent sa chambre. Ou elle cache un polar fraîchement édité en poche et dont l’intrigue atroce ferait rouler des yeux Pauline,  adepte des romans feel-good.

­‑ C’est un livre qui m’a été offert par Rakuten. Ils organisent cette opération chaque année avec des bloggeurs. Trois livres publiés en 2018 étaient proposés. J’en ai choisi un… et j’ai eu la chance de le recevoir dans ma boîte aux lettres !

‑ Et c’est ?

­‑ Trois fois la fin du monde de Sophie Divry, aux éditions Notibilia

­‑ Et tu en penses quoi ?

Question compliquée. Qu’avait-elle pensé de ce livre ? Surtout, comme l’énoncer clairement. Elle-même ne savait pas trop, elle aurait aimé avoir un avis tranché, j’adore, je déteste, mais surtout pas cette somme de ressentis diffus et contradictoires. Comme si elle n’osait pas être négative de peur de l’être trop. Ou de se vouloir positive et d’en faire trop. Bref de ne pas être honnête. Elle boit une gorgée de thé et hésite un quart de seconde avant de répondre.

‑ Comment dire, je crois que j’ai d’abord été déçue car j’avais lu quelques articles de la blogosphère laudateurs et qui vantaient la poésie du texte alors que - paf au début - je me retrouve dans l’univers carcéral. Violent.

Elle voit bien que Pauline hoche la tête mais ne comprend pas vraiment ce qu’elle vient de dire.

- Je t’explique, j’ai comme une phobie de la prison. J’ai un frisson quand je passe à côté du Bordiot. Je ne me sens jamais très à l’aise devant les séries télé où l’on voit quelqu’un en taule (les fameuses tenues orange importées des states). Et je me rappelle avoir refermé un livre où un braqueur qui avait abattu l’homme qu’il voulait dépouiller ne semblait montrer aucun remord. J’achoppe contre ce fait, comment participer à un vol avec une arme. C’est violent une arme, ce n’est pas anodin de tirer, même sur une conserve en métal ou une cible. Alors sur un être humain...  Dans le bouquin c'est une partie terriblement violente, glaçante. Je l'ai lue en diagonale pour atterrir dans un monde étrange et plus apaisée.

Elle prend une autre gorgée de thé. Elle regarde la buée qui remodèle la rue et l’étrange ballet des passants. Elle adore ses moments avec sa super copine où elles sirotent un lapsang souchong pour elle et un thé douchka pour Pauline.

- Et là j’ai mieux aimé. Tu sais que je vis au milieu de la campagne. Le silence, la solitude, un autre rapport au monde. Il y a quelque chose de familier au creux de nous quand on découvre, que malgré nos gratte-ciels, nos avancées technologiques et notre modernité cette vérité abrupte : n’être qu’un élément du paysage, ou plutôt être justement un élément du paysage. Alors ce retour de Joseph à un monde presque brut m’a séduite. Le mouton aussi

- Il y a un mouton ?

- Oui et des chats. Tiens je vais t’en lire un passage. « Tout est si grand, si vert. Les chênes peuvent tout recouvrir, tout dissoudre, sans personne désormais pour se souvenir.  Une nuée d’oiseaux se posent dans la clairière, disparaissant dans les herbes comme autant de graines jetées d’en haut. Mais dès que les oiseaux voient le faucon, ils repartent dans le couchant, la colonie recherche un dortoir. Joseph se remémore ses premiers jours à la cabane, harcelé de terreur, de cauchemars, passant ses nuits à visiter les maisons qui sont maintenant toutes un peu les siennes. Maintenant il a ses potagers. Il a une place dans ce causse. Une place comme jamais il n’en a eu auparavant. »

Pendant qu’elle finit son thé, Pauline a soupesé le volume crème, parcouru la 4ème de couverture. Elle le feuillette, s’arrête aux pages cornées.

- Je te le pique tu veux bien ? Peut-être que la zonzon ne me freinera pas autant que toi !

 

Note de la lectrice : dans la citation, une nuée d’oiseaux, pour l’accord avec le verbe principal, singulier ou bien pluriel ?

Pour plus d'info sur cette opération https://fr.shopping.rakuten.com/event/rentree-litteraire#tab-3

Et merci à Antigone et à Rakuten pour cette belle proposition. ;)