Latitude - 47°04′59″ Nord

Longitude - 2°23′59″ Est

Par rapport à la mer - 144 m

 

Partir et être,

                          Ici et maintenant

 

S’habituer à cette ville-là

En délimiter les visages

Et les rues. Plaques émaillées

Passages à vous rompre

Façades d’embosses, de traverses.

Attendrir le nom des rivières,

Jusqu'à leurs berges abruptes

En un lacis de sentes faciles.

Écrire les bruits sourds des pavés

Voix mates des nuits et du dédit.

 

S'asseoir au café qui accueille

Par un hiver brûlant, par un juillet de paille

Face à l'autre, complice ou souvenir.

Laisser les minutes s'évider, se dilater

Des fétus de paille de nos vies.

Composer l'antienne des sonnailles 

De ce qui fut offert, et perdu, et creusé

Dans le bois épais de nos souvenirs.

Du jeu de nos confidences, assembler

Les morceaux disparates de nos sursis.

 

Marcher pour reconnaître à sa droite

Le coude de la ruelle cabossée.

Revoir les unes et les autres pierres

Caressées par l’usure et les mains oubliées.

Trouver les roseaux soyeux des marais

Les herbes méconnues et le printemps jaillissant.

Se savoir ici et non pas ailleurs,

Se faire violence pour ne pas fuir

Puisque c’est maintenant, yeux ouverts,

Qu’il faut s’adosser au temps présent.

 

Le Pain perdu – 3 juin 2018 – Caro M Ll