pour un poème de Goffette...

Ô caravelles

 On ne part pas.

A. Rimbaud

Enfant, je savais comme partir est doux

pour n’avoir jamais quitté la barque

des collines, fendu d’autre horizon

que la pluie quand elle ferme le matin,

 

et qu’il me fallait à tout prix trouver

la bonne lumière pour poser les mers

à leur place sur la carte et ne pas

déborder. J’avais dix ans et

 

plus de voyages dans mes poches

que les grands navigateurs, et si

je consentais à échanger la Sierra

 

Leone contre la Yakoutie, c’est que

vraiment la dentelle de neige

autour du timbre était la plus forte.

 

Extrait de Un manteau de fortune, suivi de L'adieu aux lisières et de Tombeau du Capricorne de Guy Goffette