14-11-13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y avait toujours ce vent qui soufflait sur son corps, un parfum de fruits inconnus et un nom que le sable chuchotait aux ombres du désert, Elephanta…

Invariablement, alors qu’elle se fondait dans des dunes qui ne semblaient jamais vouloir mourir, elle apercevait un animal. Un pélican, un éléphant qui dessinait un chant des possibles uniquement pour elle. L’instant d’après, un carré bleu grandirait et alors tout s’évanouirait.

L’homme en blouse blanche observait le corps qui tressautait et se recroquevillait. « Les spasmes sont encore plus violents. » Il se tourna vers la femme qui venait de prononcer ces mots. Il essuya posément ses lunettes avec un mouchoir à carreaux. Un pli barrait son front. Il avait espéré que les dernières données entrées dans le programme Elephanta allégeraient pour le cobaye le retour à la réalité. Mais il semblait qu’une accoutumance se développait en dépit de toutes les précautions qu’il avait pu prendre.

Il faillit ouvrir la bouche pour reprendre le test quand le cri que poussa son assistante le stoppa net. Les spasmes qui secouaient le corps se confondaient maintenant avec des sanglots. « Regardez, on dirait qu’elle pleure. On pourrait presque croire qu’au bout du rêve perdure une forme de mémoire. Un rejet de la réalité. » Le professeur prit un temps pour soupeser cette vue si peu orthodoxe mais qui somme toute sonnait vrai. Il attrapa la feuille de test 410a et griffonna un signe qui condamnait à mort Elephanta. Deux hommes ramenèrent X32 à sa cellule.

Plus tard, alors que le laboratoire était désert, il se risqua à jeter un coup d’œil à la fenêtre. Du haut du 53e étage de la tour de chrome, il voyait la ville noire. Le jour qui n’existait pas, tout comme la nuit, tamisait progressivement ses fausses lumières. Il repensa à ce rêve qui se refusait à s’éteindre et secoua la tête avec fatalisme. L’espoir même réduit à néant ne disparaissait jamais, il se glissait même là, dans les plis d’un songe synthétique. »


 

Collage : Patrick Cassagne. http://recollages.canalblog.com/

Note : Elephanta est un vent, Afrique ou Malabar, chaud ou froid… Si quelqu'un sait...