Résumé des textes précédents:

Dans la ville aux deux soleils, Xilos Népomucène, le baroudeur stellaire, s'enfonce dans les profondeurs interdites et glissera dans son journal de bord quelques souvenirs.

Tous les textes: http://contesdelafrange.canalblog.com/

20b VI 2742

Le ciel avait le teint jaunâtre. Bistre sur l’orient. Promesses de tempêtes au 23ème sextant. Des murmures de bourrasques de sable et sel jaillissaient des entrailles de la ceinture. Ma gueule de bois arasée, je voyais s’éloigner les étincelles éthyliques et sentais les rides taillader mon visage, s’enfoncer plus profondément dans ma chair. Je passais un linge trempé d'eau glacée et dès que les vapeurs froides lavèrent la crasse des sous-sols, je décidai d’y retourner. Retrouver Paquita.

Elle venait de passer la serpillère et s’appuyait sur le comptoir. Je m’approchais et respirais sa forte odeur de détergent et de sueur à peine balayée par une douche pisseuse. L’eau ici était, plus que dans les zones désertiques, un mirage. Elle avait une couleur de rouille et des relents acides.

Paquita avait perdu son éclat de nuit. Je la regardais tranquillement, je ne lui avais jamais avoué combien ses cernes bleus étaient comme des halos de lumière. Les coins de sa bouche marqués par le fer rouge du fard et de trop de peaux rêches frottant contre sa joue. Me taire, juste m’emparer avec douceur de son visage. La tendresse était un mot absent de nos univers. Elle s’assit sur  le vieux gottlieb*. Les persiennes étaient soudain devenus sourdes et le rideau de métal cadenassé. Bref égarement de douceur inexcusable en ces temps troublés, sous les cieux renégats ou sous l’égide du Consortium céleste. Je humais sa lourde chevelure. Des odeurs, enfin ; odeurs de foin trop mûr et de fleurs brassées par le vent. Je revis fugacement le visage de ma mère au matin, les bras chargés de roses opulentes, et les pâquerettes que je semais dans la chevelure claire de Babeth, la mignonne petite voisine de mes 12 ans. A nouveau, je fourrais mon nez dans les boucles sombres et dépistai une odeur de tubéreuse épaisse. J’agrippais dans mes larges paumes sa croupe qui valait bien celle de la rousse Jungle Queen et pressai contre moi l’étrange cocktail des saveurs de forêt interdite et tropicale et d’encaustique.

Le rideau métallique était à mi-hauteur et je voyais le premier client entrer, légèrement vacillant. Paquita se tourna pour me verser un verre et laissa tomber, en me regardant attentivement : « J’ai des nouvelles. »

J’aurais voulu hurler.

Plus tard, bien plus tard, je commençais à griffonner quelques vers puis à les biffer

Deux yeux dans le ciel

Me crucifient. Haine

Ou pas, où es-tu ?

Je scrutai la voûte orangée brûlée par les soleils et les fumées des ilots industriels qui foisonnaient autour de la ville.

Elle était là. Loin ou proche.

Il me fallait la retrouver.

* gottlieb: marque de flipper http://www.ipdb.org/machine.cgi?gid=1340