Les Heures de Coton

L'accroc

Un silence, abrupt.

Respire. La vie charrie toujours

Ce qui est, ce qui doit être

 

P8280563

Posté par caro_carito à 07:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Un vendredi

Regarder par la fenêtre et apercevoir le jour fripé. Le café est amer, heureusement. Et Moriarty chantonne.

Posté par caro_carito à 09:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Duo de décembre bis repetita

Deuxième texte du duo entre Les heures de coton et Presque voix.

A l'origine de nos deux textes cette citation de Annie Ernaux - « Ce récit serait donc celui d’une traversée périlleuse… » extraite de « Mémoire de fille ».

Avec un peu de retard - toutes mes excuses - Le récit de Gballand, dont voici le premier paragraphe.

« Ce récit serait donc celui d’une traversée périlleuse.  Non en bateau – je déteste les bateaux même si, parfois, je les invente – mais à pied, en France. Je n’aurais qu’un sac à dos léger, dans lequel je mettrais un livre – celui  de « l’intranquillité »   - et un carnet où je noterais des phrases, longues ou courtes.[...]

 

Posté par caro_carito à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Décembre en duo

Premier texte du duo entre Les heures de coton et Presque voix.

A l'origine de nos deux textes cette citation de Annie Ernaux - « Ce récit serait donc celui d’une traversée périlleuse… » extraite de « Mémoire de fille ».

Aujourd'hui Quelque part en italie, dont voici le premier paragraphe.

« Ce fils de chienne » Ma mère s’interrompit en me voyant derrière elle. Elle reprit d’un ton qui se voulait plus calme. « Ce fils de… a franchi le Rubicon cette fois-ci. » Je la regardais par en dessous. J’étais saisie par la force avec laquelle elle avait prononcé cette dernière expression, si incongrue dans sa bouche. Ses yeux brillants, ses pommettes rouges… tout indiquait chez elle un état de colère que je ne lui avais jamais connu. [...]

rubicon1

 Extrait du blog La Toge Et Le Glaive

Posté par caro_carito à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]