Les Heures de Coton

Vœux ?

Dernier jours. Je ne suis pas fervente des vœux mais pour une fois je délivrerai mon palmarès de lectures et dans quelques prochains billets quelques citations.

Car déjà, se bousculent les premiers emballements. Patience...


 

Palmarès Fin 2014 - 2015

décembre 2014

Zulu - Caryl Férey – Folio noir poche                                                                                      Polar

janvier 2015

La Mer pour horizon – Goulven Le Brech – Les Perséides                                                         Journal

Hopper Ombre et lumière du mythe américain – Didier Ottinger - Gallimard découverte             Etude

Hors de soi – Colette Nys-Mazure – Les Carnets du Douayeul                                                  Poésie

Le nid – Pauline Louis – Lunatique                                                                                         Nouvelle

mars

Les abats du jour – Patrick Desbiens – L’oie de Cravan 2013                                                    Poésie

Des femmes rebelles – Michèle Perrot – Elyzad poche                                                              Biographie

avril

Colette Nys-Mazure – Mathieu Gimenez – Ed. Luce Wilquin                                                      Biographie ♥

Toujours avec toi – Maria Ernestam – Babel                                                                           Roman ♥

Eux sur la photo – Hélène Gestern – arléa                                                                              Roman

La vitamine P – Jean-Pierre Siméon - rue du monde                                                                Essai

mai

Les quatre sœurs – M. Ferdjoukh & L. Durbiano – Je bouquine                                                 BD

L’échappée – Valentine Goby – Folio                                                                                      Roman

août

Les voix du poème – Christian Poslaniec et Bruno Doucey – Editions Bruno Doucey                    Poésie

septembre

La silencieuse – Ariane Schréber – Philippe Rey / fugues                                                          Roman   

Le Caravage – Les Grands Maîtres de l’Art – Scala                                                                   Etude

La sombra del Viento – Carlos Ruiz Zafón – booket                                                                  Roman 

octobre

Le sang versé - Åsa Larsson – Le livre de poche                                                                       Polar

La pyramide de glace – Jean-François Parot – 10/18                                                                Polar

novembre

Les guetteurs – Ian Rankin – Folio policier                                                                              Polar

Passé imparfait – Julian Fellowes – Folio                                                                                 Roman ♥

Sur un cahier perdu – Lucien Noullez – La petite Belgique                                                        Poésie  ♥

Posté par caro_carito à 15:56 - Commentaires [6] - Permalien [#]

Musique !

A l'affiche au Clan destino

Posté par caro_carito à 19:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Carte d'identité d'un lieu

Un autre atelier avec le RERS sur le lieu que l'on habite ou pas.

De très beaux textes et le contenu des nouvelles qui seront lus cet été s'ébauche.

Version audio...  en un clic


 Là où j’habite… ou la république poétique indépendante du pain perdu

Depuis que le conseil départemental a dérobé le panneau qui indiquait le lieu-dit, je ne sais plus de façon sûre où j’habite. Et puisque le brouillard a coutume d’effacer le plateau, laissant un creux, une absence, un flou. Neverland.

Une ferme en carré, une grange à auvent, des tilleuls et des acacias nourris d’une terre rêche. Un bois, des coups de fusil au loin, des hirondelles l’été. Le craquement des pierres et les trois chênes sentinelles.

Les voisins sont presque invisibles. Croiser quatre chevreuils, un milan noir, des hérons ou le busard Saint-Martin qui hante les champs entre l’Auron et la Rampenne, surprendre un bruit ou un trille qui se perd dans une haie.

Vivre nulle part, oublier que chaque terre est soigneusement notée sur un cadastre : le pain perdu, le bois aux moines, les bouloises, les varennes. Que nos noms sont enfermés dans un registre de la commune.

Ne me demandez pas où j’habite. Je ne suis pas sûre. Le vent et le ciel règnent ici tour à tour. La nuit, un plumetis d’étoiles enserre les épais murs de pierres claires. Ici le pays n’appartient pas, il tolère nos présences.

Là où je n’habite pas… ou bien un exercice mathématique

Ce quartier se dessine autour d’une géométrie buissonnière à huit sommets. Radio résonance et d’autres lieux où traînent des poètes, Hameau de la Fraternité et Bibliothèque. Là où naissent des mots, le réseau, ou des notes, le Hublot. Le refuge des livres, neufs ou usés, le Tourne-Livres ou la Plume du Sarthate. Un quartier où l’on entre en saluant une flamme oxydée, accolée au nom d’un célèbre Général. En conclusion, le quartier est un octogone artistique.


Et pour illustrer ces cartes d'identités des lieux où nous vivons, cette étrange carte...

paris1920

 

Posté par caro_carito à 22:50 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Pourquoi pas Matisse ?

Depuis septembre, j'anime avec  Stéphane Branger, au sein du Réseau (RERS) des ateliers d'écriture.

Sur quelques oeuvres d'art, nous avons brodé des phrases. Sur la liseuse au guéridon de Matisse...


matisse

Coup de blush

Il est dix-neuf heures. Elle doit m’attendre. Elle s’est faite belle. Elle a cru se faire belle. Arranger ses cheveux, mêler des couleurs improbables, sacrifier à une mode censée l’avantager. Elle s’est maquillée. Non pas qu’elle ne le fait jamais. Elle ajoute simplement une touche de blush. Elle dessine avec application le contour de ses lèvres pleines, charge un peu le rimmel et le mascara. Croit que le noir est mystère.

À 19 h 30, elle s’affole. Parce qu’elle n’est jamais prête. Dès qu’elle le touche, le temps se désordonne. Elle ne trouve plus ses bas clairs qu’elle déteste, mais qui doivent me plaire. Elle désespère de pouvoir attacher seule son bracelet d’argent. Me maudit de ne pas être là, de ne lui avoir jamais proposée cette vie ensemble qu’elle désire. À 19 h 45, l’inquiétude la gagne. Si je ne venais pas. Si je ne voulais plus de nous. Elle va pour composer mon numéro de téléphone, hésite, finalement renonce. Elle arrange les fleurs que je lui ai offertes et pose le vase sur ce guéridon qu’elle affectionne. Il vient de sa grand-mère Élise. Comme l’appartement vient d’un Charles et les tapis, de Chine. Le bahut, lui, est normand.

Elle a senti monter la crainte, la colère et cette folle tendresse qu’elle dissimule sous de brusques accès d’indépendance et d’éloignement.

Je l’ai appelée plusieurs fois. En vain. Le répondeur m’a interpellé sèchement. Je l’ai devinée, enfouissant l’incertitude de notre relation dans ce livre qui l’attendait. Immobile, accoudée, sa tête brune légèrement penchée. L’odeur des roses tenace. Les mots l’ont happée aussitôt.

Je me tiens là, derrière la porte et j’hésite à brusquer sa quiétude, à l’embarquer dans la nuit, les bruits du dehors. Dans ce pas de deux que nous pratiquons avec tant de maladresse.

version audio de coup de blush

 

Posté par caro_carito à 22:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]