Les Heures de Coton

Printemps des poètes 2017 - sixième jour

nimrod-02

Sur les portes de Babel, j’ai gravé ma faim. Le poème
Est un enfant qui rêve ; c’est la grâce nourrie au lait.
Il est ville en Babel, Babel en ville. J’entends siffler
Les balles au-dessus de mes oreilles.

L’éclair invente-t-il une rime qui s’escrime à vaincre la Beauté,
À la convaincre de rester ? Mais où donc ? La terre est dévastée.

Ville vouée aux fantômes, ville vouée à l’aplomb du temps ;
Ville dévouée aux chiens, un sanglot pourfend mon âme.

 

Où est passé le soleil clair des fleurs, le rose des avenues ?
Où ai-je enfoui ma misère ?

Nimrod - Babel, Babylone

 

 

 

© Olivier Roller - http://olivier.roller.free.fr/nimrod.html

Posté par caro_carito à 11:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]


le temps d'un duo

et nous quittons les rivages africains de la poésie.

Duo de mars donc et gageure car la chanson inspiratrice est une ritournelle d'une gaieté folle. Pour retrouver nos deux rengaines, une seule adresse sur le web, chez Gballand : 

- pour tout de suite, de ma plume, le beau Serge 

- demain... celle de Gb, la décision

 

Posté par caro_carito à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Printemps des poètes 2017 - cinquième jour

Et lorsque je tombais sur un air connu, un soupçon d’excuse –
ou de culpabilité – s’y faisait entendre :
Il y a tant d’enfants qui ne
rient plus dans mon pays...
Et voici que j’ose avoir le temps de
Héler l’amour pour t’aimer ma Tzigane

Amadou Lamine Sall

http://amadoulaminesall.e-monsite.com/

3422676-4923698

Posté par caro_carito à 22:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Printemps des poètes 2017 - quatrième jour

DIALOGUES

Les vagues répètent aux vents du matin
Les confidences que leur firent les rames
Sur lesquelles se courbent nos corps d'airain
Et que cadence le rêve de nos âmes.

La pirogue sur la plage au sable lin

Confie à la brise ainsi qu'aux grandes lames
Son lointain regret nostalgique et indistinct
Du grand large où jadis nous voguâmes.

La chanson sourde et berceuse de la mer
Répète au soir tombant ce regret amer,
Et le soir clément console la pirogue.

Et nous aussi, hantés des lointains passés,

D'entendre l'imperceptible dialogue.

Birago Diop – Leurres et lueurs

Posté par caro_carito à 08:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]