Les Heures de Coton

pour la route

On me dit de ne pas rater l’enfilade de ponts, le quartier juif, l’autre me précisera que le cimetière est un incontournable. L’une sera intarissable sur la ville avant le mur.

On me parlera du musée Kafka, des menus roboratifs. Il faudra penser assister à une représentaton d’une œuvre de Mozart. Et pourquoi pas Smetana ?

Je penserai en aparté à la guerre de Trente Ans, à Jean Hus et Wallenstein découvert dans la BD de Sokal, Sanguine, et dans un livre d’histoire épais et pesant comme un Nouveau Testament. À la Pils et à la ville que nous découvrirons le soir. Aux gants, bonnet et écharpe incontournable, à l’hiver.

Je me dirai que le meilleur moment d’un voyage coïncide avec les préparatifs, la valise presque bouclée et les papiers à leur place, les couronnes tchèques qui font de nous des gens presque riches.

Quand je sens les dernières heures du départ, quand tout s’ébauche, quand on ne sait pas encore où il nous conduira mais que nous avons confiance dans le vent qui nous emportera

Posté par caro_carito à 22:05 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


Duo de février

Une vidéo pour égayer votre dimanche et deux textes qui s'en inspirent

 

Le texte de Gballand : la collectionneuse

Le mien : la loi des séries

 

Bon dimanche et bonne lecture !

Posté par caro_carito à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un dimanche

Gerhard Richter - 1987 - Pommiers Peinture à l'huile

C’est un printemps qui s'amorce, une bribe, un espoir. Dans l’air, une douceur dont je m’étais déshabituée, toute à un hiver impassible. Brouillard dru, matin que l’on gratte les doigts gelés, nuit courte malgré la pluie d’étoiles. Soir ou matin, tout le jour parfois, cette pâleur devant qui tous et tout se figent. Ou un azur si coupant que je vous confierai bien qu'il est né de Borée.

Et puis… ce matin-là, tout tranquille. Un bleu qui se débat au milieu de nuages effilés, le silence de l’enfant. Le temps se détricote et s’affole. Une fois passé ce soupçon d’anxiété, avancer dans la journée ; garder en poche un morceau de la lenteur de l’hiver.

 

Gerhard Richter - 1987 - Pommiers 

Posté par caro_carito à 19:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

Version audio

enfilade

 

 

 

Et la lecture https://soundcloud.com/caro-mennesson-llerena/sets/atelier-rers-2017

Posté par caro_carito à 23:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]